E-market

L’avenir du transport lourd passe par le Bio-LNG

il y a 3 mois | Maxime Herion

S’adressant en priorité aux camions, le Bio-LNG permet au secteur du transport d’atteindre rapidement, et en toute facilité, ses objectifs climatiques grâce à sa neutralité carbonique.

Le 21 avril dernier, les états de l’Union européenne se sont accordés sur un objectif de réduction nette d’au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Cette décision importante a évidemment beaucoup d’impact sur de nombreux secteurs. Le transport est l’un d’eux. « Les professionnels de la route doivent trouver des solutions rapidement accessibles », affirme Didier Hendrickx, responsable Public Affairs de Gas.be. Voilà pourquoi il faut promouvoir le Bio-LNG, un carburant désormais disponible. Produit principalement à base de déchets issus de l’agriculture, ce carburant neutre en carbone permet aux transporteurs d’afficher un bilan d’émissions proche de zéro, voire même négatif ! « Il devient donc beaucoup simple de réaliser ses propres objectifs climatiques et l’avantage est double, puisque les clients ont la certitude qu’ainsi ils recourent aux services d’une entreprise décarbonnée ».

Tendance en hausse

En Europe, on compte 20.000 camions fonctionnant au LNG et au Bio-LNG dont à peu près 1.000 dans notre pays. L’idée est de remplacer progressivement le LNG par son équivalent « vert », et ce, le plus vite possible. « Les projets de sites de production en Europe sont nombreux et un premier vient d’ailleurs de démarrer ses activités aux Pays-Bas. Cependant, pour que le Bio-LNG puisse être échangé entre les pays européens, il faut une certification harmonisée qui doit faciliter le marché et soit lisible pour tous ses acteurs ». Il existe actuellement deux filières de production pour le Bio-LNG. La première consiste à épurer du biogaz en biométhane, puis à procéder à sa liquéfaction. Après quoi, le carburant est acheminé par camion dans les stations-service. La seconde filière est le terminal situé au port de Zeebruges qui permet d’acquérir du Bio-LNG avec les certifications adéquates.

 

Investissement à long terme

Pour l’instant, 3 acteurs se partagent le marché des poids lourds fonctionnant au méthane : Iveco, Scania et Volvo Trucks. « Dans un contexte d’augmentation des prix du gaz, le passage au Bio-LNG n’en devient que plus rentable, ce qui est une bonne nouvelle dans la lutte climatique. Un projet de biométhanisation d’une flotte de camions se conçoit sur une période 5 à 6 ans. Quoi qu’il en soit, rouler au (Bio-)LNG est de toute façon meilleur marché qu’avec un carburant fossile classique. Les entreprises de transport qui ont osé franchir le pas sont entièrement satisfaites et renouvellent d’ailleurs leur charroi, ce qui démontre clairement l’intérêt de cette solution accessible dès aujourd’hui ».

 

Mots-clés: E-market Actualités
L’avenir du transport lourd passe par le Bio-LNG | MobilityLife

Notre sélection d'annonces